LA VRAIE VIE DES ROMS

Publié le par louis

 

 

EXTRAIT DU SITE http://www.rencontrestsiganes.asso.fr/spip.php?rubrique44

 La République tchèque, la Hongrie, la Slovaquie (membres de l’Union européenne), plus deux candidats, la Bulgarie et la Roumanie, ainsi que la Croatie, la Macédoine et la Serbie-Monténégro, qui souhaitent rejoindre l’UE, doivent signer aujourd’hui une déclaration commune dans laquelle ils « s’engagent à travailler pour une élimination de la discrimination et du fossé inacceptable qui sépare les Roms du reste de la société ». autres Etats à Depuis l’élargissement, les Roms constituent la première minorité au sein de l’Union, dont l’importance s’accroît rapidement en raison d’une forte natalité.

 « Les Roms sont victimes de discrimination depuis des siècles, note Dena Ringold, économiste à la Banque mondiale. Mais, alors que la vie s’est beaucoup améliorée pour la plupart des habitants des pays de l’Est depuis la fin de l’Union soviétique, la situation des Roms s’est au contraire dégradée. La fin du communisme s’est traduite pour eux par la fin des emplois publics et des logements que l’Etat leur allouait, ce qui a encore renforcé leur exclusion. Ils accèdent toujours aussi rarement à l’éducation et ne bénéficient pas des services de santé... » La Banque, qui aide les pays de l’ex-URSS dans leur transition du communisme à l’économie de marché, est aux premières loges pour constater cette dégradation. « Mais l’un de nos principaux problèmes était de manquer de données, reconnaît Dena Ringold. Le fait que nous parlions de 7 à 9 millions de Roms sans pouvoir être plus précis est en soi révélateur. »

Souvent, les Roms préfèrent ne pas se déclarer comme tels pour échapper à la discrimination. Ainsi, en Roumanie, on n’en comptabilise officiellement que 700 000, mais leur nombre avoisinerait les 2 millions. « Beaucoup de travail a été entrepris depuis deux ans pour combler ce manque de données », ajoute Dena Ringold. Elle-même a participé à la réalisation d’un volumineux rapport de la Banque mondiale sur les Roms en Europe . Un ouvrage qui dessine le portrait de cette minorité et explore les racines d’une pauvreté à multiples facettes. Le taux de pauvreté des Roms est 4 à 10 fois plus élevé que celui des non-Roms en Bulgarie, Hongrie et Roumanie. Environ 40 % des Roms en Roumanie et en Bulgarie vivent avec moins de 2,15 dollars par jour. En Roumanie, il n’est pas rare de trouver des taux de chômage de 100 % dans certaines communautés à cause du faible niveau d’aptitudes professionnelles mais aussi de la discrimination à l’emploi.

Handicapés. Si le niveau d’éducation varie beaucoup entre zones rurales et zones urbaines, il reste très faible. Soit parce que les parents n’ont même pas de quoi vêtir leurs enfants pour l’école, soit parce que les enfants ne sont pas acceptés dans les écoles « normales » et rejetés dans des classes spéciales ou dans des établissements pour handicapés mentaux ou moteurs. En Bulgarie, 89 % des Roms ne dépassent pas le niveau de l’école primaire. La situation sanitaire n’est pas meilleure : exclus des systèmes de santé faute d’argent ou de papiers, les Roms ont une espérance de vie moyenne de dix ans inférieure à celle du reste de la population..."

 

Par Eliane PATRIARCA

ARTICLE DATANT DE 2005

 

 

  

 

Publié dans bidonville

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

THIERRY 23/08/2007 00:12

pas aussi simple que  ca. Depuis des mois nous aidons des Roms ici a clermont fd mais victimes \\\'autres Roms venus pour voler et repartir  en ranconnant lceux qui veulent rester en France.  En 4 mois que de deceptions.En 8 voyages en Bulgarie j\\\'ai pu constater de visu de riches Roms roulant en mercedes avec maison et piscine utlisant et exploitant encore plus les autres. A Bucarest idem. Faisons aussi le menage contre les gadjos marchants d\\\'esclaves et les Roms riches n\\\'ay ant rien a foutre de leur identite.De quoi nous degouter a jamais de vouloir aider les pauvres.